Quel moteur de géocodage internalisable recommander en 2024?

Bonjour,

Dans le cadre des missions de conseil dans lesquelles j’interviens régulièrement, la question du service de géocodage, externe ou internalisé se pose régulièrement.

Pour identifier le service externe le plus approprié pour les clients finaux, je m’appuie ponctuellement sur du script maison ou sur GeoCheck (merci Brice) pour établir un comparatif sur le territoire ciblé ou selon diverses contraintes (disponibilité, filtres, etc.).

Pour les besoins en service internalisé, cela fait des années que je recommande Addok sans plus trop y réfléchir depuis… 2015 je pense ! Mais le projet semble parfois abandonné (avec des questions sans réponses cf Qu'est devenu le projet addocker?) ou parfois redynamisé comme avec le reboot de l’an passé (Addok visio "reboot" le 21 octobre à 15h - #6 par AdrienVH).

Cependant, j’ai vu éclore quelques solutions comme Photon (fait par et pour la commu OSM mais auquel il suffit d’adapter ses propres données comme au Grand Lyon par exemple avec la BAL).

Il y aussi le géocodeur développé par Living Data l’équipe de @jdesboeufs pour la Géoplateforme et monté au-dessus d’Addok.

Et vous quel service de géocodage êtes-vous recommanderiez-vous cette année ?

1 Like

Toujours addok pour la France, sans hésiter.
Le faut qu’il n’y ait pas de réponses sur ce forum n’est à mon sens pas encore synonyme d’abandon de projet :wink:

La meilleure version “facile à internaliser” est actuellement celle-ci : GitHub - BaseAdresseNationale/addok-docker: Conteneurs Addok pour Docker

Les données sont mises à jour de façon régulières.

Pour ce qui est des évolutions du logiciel, à date je constate personnellement que très peux d’acteurs sont près à financer des améliorations. Tout d’abord car le logiciel est stable, ensuite car comme les API publiques sont gratuites et gérées par des gros acteurs dotés de financement, il est assez légitime que les acteurs plus petits et a fortiori privés ne mettent pas la main au portefeuille ou ne missionnent pas leur développeurs pour faire des contributions majeures.

Quant à la version Géoplateforme, le code est accessible mais on ne peut pas parler d’un logiciel open source.

2 Likes

La tragédie des communs !

1 Like

Je nuancerais les propos de @jdesboeufs : Certains acteurs sont prêts à financer (j’en connais au moins 3) mais 1) la gourvernance du projet addok n’est pas encore très claire (cf. ma PR qui traîne et qui ne fera peut-être jamais l’objet d’une release) et 2) il y a un flou autour de la pérennité d’Addok (de son remplacement dans le cadre de la GPF de l’IGN) qu’il faudrait définitivement éclaircir pour rassurer les acteurs qui ne veulent pas investir dans un projet qui sera peut-être déclaré mort si la GPF ne l’utilise pas/plus.

PS : Du coup, les acteurs investissent dans… leur propre fork. Dommage…

Hello Adrien,

Il n’y a pas de gouvernance addok, elle ne peut donc pas être claire. Elle sera ce qu’on décidera d’en faire, et ça ne tombera pas du ciel.
Quand j’ai une mission qui traite de géocodage je passe une tête sur le dépôt et je participe un peu, quand je n’en ai plus, ça sort de mes sujets prioritaires (c’est le cas depuis septembre).

Concernant le géocodeur Géoplateforme IGN il utilise addok pour le géocodage direct des adresses et des POI. Plus précisément il utilise addok-cluster.
Le code est public mais on ne peut pas dire que le logiciel est Open Source.

Il ne faut pas que l’écosystème attende un positionnement de l’IGN ou de la DINUM pour se saisir du sujet. C’est pas leur rôle, pas plus que celui d’autres organismes.

Tes PR sont les seules qu’on a eu en plusieurs années, et oui à part moi je pense que personne ne les a regardé. Par contre je vois des tas d’entreprises répondre à des appels d’offre Géocodage avec des solutions addok, et les remporter :wink:

179b8373-xkcd-dependency-1259188496

Au moins c’est ni le Nebraska, ni 2003, ni a random person…

1 Like

Je viens de publier une 1.1.2 avec ton correctif @AdrienVH.

1 Like

Et j’avoue coté CSTB que ça reste un projet prioritaire pour nous au niveau technique d’investir sur ADDOK, et particulièrement la partie géocodageen masse, mais que le temps manque pour monter ça en haut de la pile, malgré le caractère critique reconnu en interne

3 Likes